Vous êtes ici : Accueil > Vie locale > Espace associatif

Envol "Evasion"

Résumé des douze derniers mois.

Vous pouvez consulter le programme de toutes les activités passées et à venir.

"L’histoire réserve souvent des surprises. Le règne de Louis XIV aussi. Ce très grand Roi n’a pas fini de nous surprendre ! Charles 1er d’Angleterre, Machiavel ont joué un rôle surprenant dans sa vie. Pourquoi et comment ?" Affaire à suivre …dans la conférence dirigée par Gérard Bézy, ce samedi 23 novembre 2019, dans la salle des associations à Courmangoux.

Cette conférence aurait pu aussi s’intituler : "Tout ce que vous auriez voulu savoir sur Louis XIV, sans oser le demander ?" sur les zones d’ombres, les non-dits de son règne.

Gérard Bézy est passionné d’histoire depuis ses études universitaires et au fil de ses lectures et connaissances, il s’est aperçu que tous les biographes de Louis XIV, y compris les plus grands, comme Bluche, Saint-Simon, Voltaire, dans les anciens ou chez nos contemporains, à l’exception de Petitfils …ne parlaient jamais de l’influence que Machiavel avait eue sur le règne de ce roi dont on croit tout savoir.

2 h plus tard, et quelques citations savoureuses du roi en plus, nous voilà, les trente personnes présentes et très attentives, beaucoup plus calées sur des choses qui, pour moi en tout cas, étaient pour certaines, complètement inconnues :

  • Louis XIV, une enfance pas très heureuse, alors qu’il était l’héritier de la couronne qu’on n’attendait plus,l’enfant-roi, 22 ans après l’union de ses parents et surtout une éducation bâclée qui aurait laissé augurer d’un avenir pas très brillant. Certains le considéraient même comme un médiocre, un faible (De Gramont).
  • l’influence de Mazarin qui a "fait" ce roi, ce cardinal d’ailleurs inspiré par Machiavel (voir en annexe ses recommandations). Ce dernier est aujourd’hui toujours pris comme référence par certains hommes politiques (Berlusconi, il y a quelques années a dédicacé un livre à son sujet et le président Macron lui a consacré une thèse pendant ses études)
  • l’influence du roi d’Angleterre, Charles Ier, son oncle, les conséquences de la guerre civile anglaise, les relations du roi Charles 1er à la religion, les conditions de sa mort, l’évolution du parlement français en parallèle du parlement anglais.
  • les rôles des intellectuels, Lully, Molière… et des femmes, et notamment Madame de Maintenon, auprès de ce roi, timide et qui pour cacher ses défauts, va notamment prendre des attributs qui lui donneront selon son expression « l’apparence de la grandeur ». Ainsi Louis XIV, dont le 2ème prénom était Dieudonné, va prendre le soleil comme emblème, en relation à un Dieu mythologique, Jupiter et faire construire Versailles, une gageure dans une zone marécageuse et dont il dira, lors du projet : "Qu’il en soit fait selon notre grandeur !". 82 millions de livres or plus tard et 40 000 ouvriers, il nous laisse un chef d’œuvre.
  • sa relation à la guerre
  • ses réalisations pour les arts et les sciences, académie des Beaux-Arts, académie des sciences, ses réalisations "humanitaires" : les Invalides, la Pitié-Salpêtrière, les hospices Hôtel-Dieu, les 1ères écoles paroissiales, l’ébauche du collège…Sa passion de l’eau, avec notamment le canal du midi
  • la fin de son règne et sa renonciation au droit divin. Une conférence passionnante, riche et beaucoup plus que ce que mon résumé peut en laisser paraitre. Gérard Bézy se tient d’ailleurs à la disposition de ceux qui aimeraient des éclaircissements ou des références et dans ce cas-là, je lui ferai passer les demandes.

Merci beaucoup à lui, à son savoir, ses recherches opiniâtres et à sa passion.

A bientôt.

Mireille Cayreyre (Avertissement : certaines phrases de ce résumé ont été prises dans le polycopié écrit par Gérard Bézy, comme support à ses propos.)

Edition 2019 du Téléthon : 7 décembre, à la capette de Roissiat.

Encore une fois, en liaison avec les amis des chevaux comtois, la capette a fait salle pleine vers 10h30-11h, pour déguster tartines de fromage fort et vin bien "chaud", c’est-à-dire, à bonne température et bien, bien épicé.

Les "bonnes fées" de l’Envol, Laurence, Stéphanie, Marie-Ange et Mireille, aidées du très efficace Kylian, ont tartiné dès 9h et préparé les 15 litres de vin chaud, ce qu’il fallait pour se réchauffer en ce samedi assez pluvieux.

L’aide de Richard et Rachel du groupe d’animation et de Jean, était, comme d’habitude bien appréciable pour soigner les extérieurs : barnum, banderole, tables… et nous aider au rangement.

A 10h30, les 6 calèches arrivaient, magnifiques et bien chargées. Les adhérents de l’ADAPEI, ont pu vendre leurs bugnes.

Nous avons remis 406,30€ à Monsieur Jeannin, le délégué départemental du Téléthon : c’est moins qu’en 2018 et les curtimangiens étaient, il faut le dire, assez peu nombreux, même s’il y eut un coup de chaud au service. Faut-il en chercher la raison ? Actualités, activités des enfants, désintérêt pour la recherche…Dommage !!

Nous ne nous découragerons pas. RDV en 2020 pour "aider la recherche".

Mireille Cayreyre

Soirée illuminations, décoration, dégustation et animations, le 20 décembre 2019 à Roissiat

Comme de coutume, L’Envol organisait une soirée balade à la découverte des illuminations en ce jour de vacances scolaires et quelques jours avant Noël. Cette année, petit changement au programme : une promenade écourtée, uniquement dans Roissiat, ce qui nous a permis d’échapper à la pluie, puis décorations des vitrines du Candi.

Etape 1, 12 enfants et adolescents partent rue du 18 juillet 44, remontent la Vieille Rue avec les magnifiques lumières de JJW et de Carmen ; arrêt demandé pour les premières questions du jeu de Noël concocté par Mireille C.

2 équipes de 6 devaient trouver un chant de Noël, pour le présenter à l’auditoire des parents plus tard dans la soirée et aussi répondre à la 1ère question : quelles sont les 3 couleurs traditionnelles de Noël et pourquoi ? Et voilà nos 2 groupes répétant chacun de leurs côtés, les petits, plus forts sur les chants de Noël, les plus grandes, plus sur les questions avec l’aide, il faut le dire , de leur copain Gogo( !!)

Direction la maison de Mireille et son escalier tout éclairé, puis de loin, la Vaugiserie tout au fond de la rue avant de découvrir la très jolie mise en scène faite à la Capette par Christine et d’avoir la 2ème question : de quelle région vient la tradition des 13 desserts et quels sont-ils ? Idem, pour la galette ou le gâteau des rois ?

Etape 2, il était temps de rejoindre le Candi, où commençait à flotter une bonne odeur de vin chaud, et de donner aux enfants les feutres et les crayons spéciaux pour laisser libre cours à leur talent, leur imagination, leur créativité et décorer les vitrines du Candi. Petits et grandes (nos Miss Co Co, c’est-à-dire les élèves de 3ème du Collége de Coligny, super mignonnes et élégantes après leur journée spéciale élégance au collège), très appliqués, ont donné au Candi un air de fête, les vitrines se couvrant de guirlandes, de sapins, de père Noël, de skieurs…

Après ces créations très réussies, retour des enfants avec les 2 chants, le Noël jazz et Merry Christmas : des chants super bien interprétés surtout par nos têtes blondes. Puis réponses aux questions et le temps était venu de déguster spécialités salées et sucrées concoctées par les Mamans, le tout arrosé de vin chaud, bien épicé… et aussi du jus de fruit pour les jeunes. Un très bon moment vraiment, partagé par une trentaine de personnes, qui ont pu échanger, rigoler, admirer ce qui donne au Candi un aspect si chaleureux.

Merci à tous, merci à tous les artistes, de la plus petite, 4 ans, aux plus grandes, nos Miss CoCo, de très bonnes fêtes à tous et à l’année prochaine pour de nouvelles aventures.

Et merci enfin aux bénévoles sans qui ce genre de moment ne pourrait avoir lieu : mention spéciale à Laurence, Stéphanie, Rachel, Richard et …votre serviteur.

Bon Noël à tous et belles fêtes !!

Mireille

Quand les "Wakundas" rencontrent "les Kangourous en folie", au gymnase de St Etienne du Bois, le samedi 11 janvier 2020.

Quoi de mieux en ce début d’année que d’assister à une rencontre ludique et sportive ! Surtout quand le plateau est prometteur.

A l’affiche les Wakundas, contre les Kangourous en folie. Cela promet d’être chaud ! 2 équipes de 9, 7 enfants de 5 à 11 ans et 2 adultes, la parité pour ces derniers.

Lors de la présentation des équipes, le hakka de chacune d’elles laissait prévoir que ce serait très engagé et serré.

Le match est lancé : courses à pieds en relais, course de brouettes, saute et "basse"-moutons, courses jambes attachées par équipe de 2, ballon à rouler, course à cloche-pied, tire à la corde et tirs au but !!

Ambiance garantie pour petits et grands. Grande attention et aussi discussions sur l’attribution des points. Il faut dire que cela se tient…d’un cheveu !!

Pour les grands-parents présents et même quelques parents, cela rappelait Intervilles, esprit facétieux, grands fou-rires, belle participation et motivation à toute épreuve ! C’était d’ailleurs le but ! Aurons-nous un jour des vachettes ?...Pas sûr que la CA3B soit d’accord !

Au bout de 2h, le score fait apparaître une égalité parfaite à 17,75. L’équipe des Wakundas l’a emporté à la brouette et aux jambes attachées. Les Kangourous en folie, aux saute et basse-moutons et au ballon à rouler et d’un petit rien au tire-à-la corde.

Le cloche-pied a été disqualifiant pour tous et les autres épreuves étaient réellement à l’égalité, course à pied et tirs au but.

Les enfants, Raphael et Mya pour les plus petits, Mateo, Anna, Mathilde, Antoine, Clarence, Thaïs, Kylian, les plus grands, Maxime, Thibaut, Roméo, Mikael, Arthur ont été super. Les grands pas mal non plus : Frédérique, Aurore, Sébastien et Thibaut se sont battus comme des fous.

A la pause, après la distribution des récompenses et un très bon goûter concocté par des Mamans et Mamies attentionnées et même par des enfants, le foot a rassemblé d’autres papas, Dominique, Thierry et les enfants se sont régalés !!

Un bon moment ; merci à tous de votre participation et de votre esprit sportif !

Merci à mes aides arbitres, même s’ils ne maîtrisent pas toutes les règles (joke !!).

Merci à Mireille Mornay de sa présence et à Rachel de son super reportage.

A bientôt pour de nouvelles aventures.

Mireille

Notre sortie au CERN, 5 février 2020

Entre les chaînes du Jura et du Mont-Blanc, c’est déjà un endroit magique, surtout en hiver avec tous les sommets enneigés ; vous allez trouver une ville - un grand campus de 15 000 habitants (quelques 13 000 chercheurs et ingénieurs et près de 2 500 personnes pour prendre soin d’eux, des infrastructures…). Tout cela, c’est le CERN, ou centre européen de recherche nucléaire.

Un lieu magique, je le disais, où tout ce petit monde travaille à mieux comprendre d’où nous venons, la création de l’univers, ce qui s’est passé après le Big-Bang.

Rolf-Dieter Heuer, le Directeur général, l’explique en quelques phrases. "Le CERN essaie d’aider à répondre à des questions simples, comme :

1) d’où venons-nous ? 2) comment tout a commencé et évolué ?

Nous y cherchons l’origine de notre existence, le commencement de la matière et l’état de l’univers juste après le Big-Bang."

C’est cela que le groupe de 26 personnes d’Evasion a découvert lors de cette belle visite.

Déjà la création du CERN, en 1954, est magique : nous sommes peu de temps après la fin de la guerre et "il fallait empêcher la fuite des cerveaux vers les Etats-Unis", et voir comment "utiliser la recherche nucléaire à des fins pacifiques, pour une recherche qui intéresse tout le monde, cela avec 20 pays membres", des collaborations extérieures et la volonté de travailler ensemble…

Nous voilà rentrés dans le monde merveilleux de la physique des particules : de la recherche fondamentale pour découvrir les constituants de l’univers et leurs fonctions. Essayer de comprendre l’univers en se rapprochant du Big-Bang.

Pour cela, "le CERN utilise les instruments scientifiques les plus grands et les plus complexes du monde pour sonder les constituants ultimes de la matière : les particules. En examinant ce qui se passe quand les particules entrent en collision, les physiciens appréhendent les lois de la nature".

Pour que les particules rentrent en collision, il faut les accélérer, avec des énergies très élevées, les plus élevées possibles pour que ces collisions entrainent la création d’autres particules. A cela vous rajoutez des détecteurs, qui vont observer et saisir le résultat de ces collisions.

Le CERN a donc construit depuis 1954, des accélérateurs de plus en plus puissants, le synchrocyclotron, puis … est arrivé le LHC en 2009 (Large Hadron Collider), un anneau de 27 km de circonférence, construit à 100 m de profondeur, à cheval sur Suisse et France, qui est « un collisionneur, un type spécifique d’accélérateur de particules dans lequel des faisceaux de hadrons circulent en sens inverse, sont accélérés jusqu’à 99,99% de la vitesse de la lumière et interagissent à des points définis ». Pour atteindre cette vitesse, il faut d’ailleurs que les particules soient refroidies à – 271°.

Si on veut simplifier, le LHC accélère des protons (noyaux d’hydrogène) et les fait entrer en collision …avec création de particules de plus en plus petites, ions, neutrons, antiprotons, neutrinos, électrons, quarks, antiquarks, gluons…jusqu’à la découverte en 2012 de la plus petite connue à ce jour, supposée en 1964, le boson de Higgs.

Il est bien difficile de résumer tout cela, de dire qu’on a tout compris … mais ce qui est sûr, c’est que dans cet endroit magique, vous avez envie de rajeunir de 50 ans (en tout cas pour moi) et de venir travailler un temps au milieu de tous ces gens qui avaient l’air si heureux, si passionnés et convaincus de travailler pour faire avancer l’humanité dans ce qu’elle a de meilleur, la connaissance, une meilleure médecine, etc…Et si on se dit que nous ne connaissons que 5% de l’univers, il en reste à découvrir, dont la matière noire. Le CERN n’a pas fini de nous surprendre et certains chercheurs y passeront leur vie sans jamais "s’embêter". Il suffit d’ailleurs de voir les bénévoles qui nous ont accueillis, à la retraite depuis 19 ans pour certain (merci Klaus !!) et toujours au CERN pour leur plaisir et le nôtre.

Le CERN, à voir, à revoir et à lire, "le LHC", notamment, un livre merveilleux édité par le CERN avec une iconographie extraordinaire.

Mireille Cayreyre

Vendredi 13…mars 2020 : une soirée italienne à la Trattoria.

Un moment privilégié qui va nous permettre de cuisiner italien, en pensant à nos amis italiens confinés chez eux.

Nous étions 19 à profiter de cette soirée, préparé par Yohan et Piero, assistés de Ludivine et Fiona. 2 chefs italo-français pour partir à la découverte de la pizza napolitaine avec le premier et d’une spécialité piémontaise pour le second.

A vos marques, voici les détails et quelques secrets de fabrication :

1) La Pizza napolitaine de Yohan, chef né à Bourg, mais aussi "napolitain". Il a son magasin-restaurant, la Pulcinella, passage des Cordeliers à Bourg. Sa recette est celle de la pizza napolitaine, façon ancestrale, pâte faite à la main et normalement cuisson au four à bois à 450°. C’est une recette qui date de 1800, réalisée pour la reine Marguerite de Savoie, et donc aux couleurs italiennes, rouge comme la sauce tomate, blanche comme la mozzarella et verte comme le basilic. C’est un plat qui a reçu le label STG : Spécialité traditionnelle Garantie et notre cuisinier de ce soir est vice-champion de France de pizza napolitaine.

A vos stylos, voilà la recette et les ingrédients :
- farine T45 (sa marque est Caputo) 425g
- eau froide 250g
- sel fin 12 à 13g
- levure de boulanger 3g
- un petit sachet de sucre de 5g
- huile d’olive 13g
- Mozzarella de Buffala
- tomates en boite San Marzano (AOP) une boite de 260g sec
- feuilles de basilic frais

Il faut prévoir de s’y mettre le matin pour le soir compte-tenu des phases à respecter de "levages"

  • tout d’abord l’empâtement en masse, à faire 4h mini avant la 2ème phase de lévitation, maturation, à une température ambiante de 20 à 22°. On pétrit au total 20’, dans un saladier adapté, l’eau, le sel et la farine. On mélange aux doigts, on ajoute la farine peu à peu et quand on arrive à la moitié à peu près, on rajoute la levure. Attention, il ne faut jamais que la levure soit en contact avec le sel. On finit de rajouter la farine en pluie (pioggia) et on se lave les mains à la farine… Vient ensuite, quand on a fini sa boule, la phase de pétrissage de 10’, où on rajoute un petit sachet de sucre et l’huile d’olive. A noter pour les fours à bois, on ne met pas de sucre et on ne met que la moitié de l’huile d’olive. La boule doit être bien lisse, on la filme et on la met au frigo 3 à 4h, ou si on la laisse dehors, 1h.
  • A partir de cette boule qui faisait 681g, on va en faire 3 ou 4 plus petites de 230g, qu’on va travailler à nouveau pour y faire rentrer de l’oxygène et ensuite, quand elle a une face bien lisse, on la ferme, comme une mozza …et on la laisse reposer 6 à 8h à température ambiante.
  • 3ème phase, on va ouvrir la pâte à la main, avec la claque napolitaine, pour en faire des ronds de 29 à 31cm (max 35cm)
  • Quand la pâte est prête, on y met la tomate, qu’on aura travaillée à la main et il faut 60 à 80g de sauce-tomates par pizza. On rajoute la mozza au préalablement coupée en ½ lune, puis en tranches de 3 à 4mm…sur les feuilles de basilic. Un petit filet d’huile d’olive et hop, au four.
  • Pour la cuisson, au four électrique préalablement chauffé à 240°, il faudra 4 à 5’ sur une terre cuite (Weber). Au four à bois, 60 à 90 secondes, comme au feu de bois d’ailleurs. C’est délicieux cette pizza dite "au biscotto de Naples". En effet le pétrissage et l’huile de coude sont indispensables. … et beaucoup d’amour !!

2) La 2ème recette est piémontaise, c’est celle du Vitello Tonato, faite pour Victor Emmanuel, de la maison de Savoie bien sûr. On retrouve cette recette aussi en Ligurie. C’est une recette mer/terre, à l’Antica Maniera. Il faut :
- de la noix de veau, 500g, ficelée
- une boite de thon, à l’huile d’olive, 180g
- des anchois à l’huile, 30g
- des câpres nature 30g
- 2 gousses d’ail
- 20g d’huile d’olive
- 100 g de vin blanc
- 150g de lait
- 4 œufs durs
- un peu de bouillon végétal
- sel (celui de Piero est au romarin, sauge …)

  • 1ère étape : faire saisir le veau, sur toutes ses faces dans l’huile d’olive, après l’avoir roulé dans le sel et le poivre, doucement avec les 2 gousses d’ail, piquées. On le met au four 7 à 8’ à 180°.
  • On rajoute le rôti dans la poêle, à bords assez hauts, le thon, qu’on fait un peu "griller", les câpres, les anchois, puis le vin. On laisse évaporer l’alcool du vin, on rajoute le lait, on enlève l’ail. On enlève la viande qu’on met dans du scello frais pour le garder onctueux et on le met au frais. On fait de même avec la sauce sous aluminium. Quand c’est froid, on met la sauce dans un mixer avec les œufs coupés en morceaux, l’huile d’olive et on mixe jusqu’à ce que ce soit onctueux. On la met autour de la viande, coupée bien fine, et la sauce doit être plus fraîche que la viande.

Et voilà nos recettes, ce que nous avons dégusté avec aussi en entrée : un tartare de légumes, feta mozzarella et des fleurs de brocolis au romarin, ensuite des tomates jaunes confites avec une boulette de veau-aubergines.

Enfin un dessert gourmand, tiramisu, salade de mangues, et mousse de fruits rouges.

Miam, miam… Merci à Piero, Yohan, Ludivine et Fiona : grâce à vous, nous avons passé une très belle soirée, l’avant-dernière avant le confinement.

C’était bon, sympa, dans une ambiance vraiment chaleureuse. Une grande chance !! GRACIE MILLE A TUTTI !!

Mireille Cayreyre

CONCOURS, COOL ET CREATIF DE COURMANGOUX

1er Juillet 2020 : clap de fin pour la saison 2019-2020 de l’Envol

Et oui, cela fait déjà un mois que nous nous sommes dits au-revoir, lors d’un moment vraiment sympathique, mais qui a failli finir à l’eau !

Si vous vous rappelez bien, c’était le dernier cours de gym, prévu à l’étang de Chevignat pour que les autres « Envolés » puissent nous rejoindre, que nous puissions pique-niquer ensemble et fêter aussi les lauréats du concours 4C. Mais c’était sans compter sur le temps : un orage incroyable qui a fait bouger les gymnastes de Chevignat à Roissiat, au local des boules, votre serviteur avec son bras en écharpe, pendue au téléphone (quand on pouvait avoir la communication !!) pour changer, prévenir, annuler, puis remettre…

Bref, une jolie cacophonie, des pieds un peu humides, l’eau arrivait à rentrer sur le sol du local, mais un bon moment finalement partagé avec 27 adultes et 12 enfants.

Quelques rappels : le 19 mars dernier, je lançais, au tout début du confinement, un concours pour les enfants, le 4C (Concours Cool Créatif de Courmangoux), ouvert de 5 à 16 ans. Toutes les propositions, tous les arts étaient les bienvenus : peinture, sculpture, dessins, poésies, tricot, avec couleur, humour, originalité… C’était ouvert à tous les enfants et petits-enfants de curtimangiens. Nous avons eu tout cela et même plus, grâce à 12 enfants, dont vous allez faire la connaissance, en lisant ce texte : —Emma, de 2015 et son magnifique lapin —Mya, de 2014 et son théâtre puceron /chenille et son pot à crayons —Cléa, de 2013 et ses 2 œuvres : une belle poule bressanne et un superbe poisson …d’avril —Matteo, de 2012 et son herbier revermontois : les plantes sont celles du Revermont ramassées pendant les balades du confinement. —Mathilde, Antoine et Jimmy de 2011, avec un « attrape-rêves » pour la 1ère, tellement poétique qu’on se prend à rêver, un snood pour le second offert à sa sœur, la veinarde, et une poésie écologique pour le 3ème, à méditer ! —Lisa et Kylian de 2010 : la 1ère et sa boite-aux-lettre communicante à un moment où il est si important de s’envoyer de jolis mots réconfortants et notre 2ème naturaliste avec son herbier participatif —Enora de 2009, avec 2 poèmes un brin nostalgiques et responsables —Thibaud de 2008 et son Simpson éducatif, bien plus explicite que ceux du gouvernement —enfin Edouard (absent, il habite Lille) de 2006, et son relookage coloré d’un meuble…banal.

A ces 12 enfants, nous avons rajouté un GRAND enfant de 85 ans, soit 8+5=13 ans, non ? À qui le Covid a donné beaucoup d’inspiration. René a donc rejoint les enfants, dûment applaudis comme il se doit. A ces 13 lauréats, l’Envol a remis, une carte cadeau de 15 €, pour acheter des papiers dessins, des feutres, des livres… de quoi continuer toutes ces jolies choses.

A ce bon moment succédait un pique-nique bien sympa, alors que la pluie s’était arrêtée et que les enfants ont même pu « remuer » le revêtement du terrain de boules.

Merci à tous de ces moments privilégiés, à reprendre en septembre 2020 : —les cours de gym reprendront le Mardi 8 septembre à 19h. Attention, changement de jour, le MARDI. —l’AG aura lieu le 11 septembre à 19h avec un repas à confirmer. —le Club redémarre en octobre —enfin Evasion redémarre le 17 octobre avec une sortie à Lyon, 2 choses au programme : visite insolite à Fourvière et musée de la Confluence.

Un dernier Merci aux boulistes grâce à qui nous avons pu faire de la gym pendant ce mois de juin assez chaotique, écourté pour cause de confinement, puis pluvieux, orageux, perturbé !

Bel été à tous et à très bientôt. Mireille

17/10/2020 : 11 curtimangiens en balade à Lugdunum

  Au programme :

1) visite « insolite » de la basilique de Fourvière (pour info, ce nom vient de Vieux forum ou forum vétuste).

La basilique Fourvière d’aujourd’hui a été bâtie sur un site où une chapelle existait depuis le XIIème siècle (cette église existe toujours sur la droite de la basilique actuelle). Quant à celle-ci, il y a en fait 2 niveaux, l’église basse qui fait référence à Joseph et la haute, à Marie.

Elle a été agrandie pour remercier Marie de la protection de la ville pour 3 choses, « 3 vœux », la peste, le choléra et la guerre de 1870. Une messe est d’ailleurs consacrée à Marie pour la remercier, le 8 septembre et de nouveau le 8 décembre. Lors de la 1ère célébration prévue le 8 septembre, la Saône a débordé, rien ne pouvait être célébré et cela a été reporté de 3 mois. La fête des lumières est donc celle de la « lumière », celle de Marie.

La basilique date de 1872, 1ère pierre, dernière pierre en 1884 et 1ère messe en 1896. Dernière mosaïque posée en 1946 et dernière pierres sculptées en 1964. Il faut d’ailleurs savoir que toutes les pierres sculptées le sont sur place.

Accompagnés par Daniel, notre super guide, nous allons découvrir tout cela d’une manière …insolite :
- montée par la tour droite, en face ouest, puis vue intérieure de la basilique depuis le 1er étage, un des meilleurs moyens de bien voir les mosaïques
- sortie ensuite sur le « balcon des anges » en pleine face ouest,
- montée au carillon avec ses cloches toutes porteuses du prénom de leurs marraines
- enfin montée SOUS et puis SUR les toits de Fourvière. De là, on peut admirer la statue de Marie recouverte d’or (rénovation faite en 1989 avec 4500 feuilles d’or de 1/1000de mm d’épaisseur !), l’archange St Michel, les magnifiques lauzes (1m/1m) et enfin une vue sur Lyon et ses environs à 360°.

Le meilleur moyen de comprendre Lyon, bordée par les monts du lyonnais, la plaine de l’Ain, la chaine des Alpes au fond et surtout traversée par la Saône et le Rhône, qui se rejoignent à Confluences...Et le Rhône gagne, il ne reste plus que lui jusqu’aux Bouches-du-Rhône !   Et d’ailleurs de là-haut, on voit tout au fond vers le sud, notre 2ème étape.

  2) Direction donc, le musée des confluences et son architecture si particulière. Après une petite pause “reconstituante” bienvenue, nous partons voir les expositions permanentes, dont la galerie de l’évolution, divisée en 4 parties : les origines, les espèces, la société et l’éternité. Nous avons juste le temps de bien voir les 2 premières, avec des squelettes de dinosaures impressionnants ou des animaux empaillés plus vrais que nature. La galerie des fossiles et celle des insectes ne nous ont pas laissés indifférents : des couleurs sublimes, des insectes inventifs et magnifiques.

Notre retour sera un peu plus sportif : tramway et bus très perturbés par des “manifs”, nous ferons de la marche à pied, changerons 3 fois de moyens de locomotion et ... dirons : “ Vive le retour à la campagne” après une très belle journée.

Un groupe super, une journée instructive et sympa comme on les aime et un des enfants de dire : « Avec l’Envol, on fait des choses drôlement bien ! » Mais oui, à refaire, RDV à la prochaine.

Mireille Cayreyre

Vendredi 18 décembre : ce sont les vacances scolaires et avec elles, la traditionnelle marche des illuminations de l’Envol

  Nous étions 21, 10 enfants et 11 adultes pour profiter d’une petite heure, entre sorties des bureaux et couvre-feu. Nous avons donc raccourci la balade, modifié un peu la façon de faire, mais nous avons quand même pu profiter d’un joli moment tous ensemble.

Au programme, vin chaud pour les grands, jus d’orange pour les plus jeunes et distribution de bonbons déposés en avance au Candi, par un adjoint du Père Noël. Puis explication du jeu aux enfants : avec 18 mots-clés, écrire un texte de 10 lignes à peu près : consignes étaient données d’être libres, créatifs, voire un peu déjantés...   Ensuite, visite courte des illuminations de Roissiat et surtout de celles de la Vieille-Rue et de la crèche de Michel.

Séance photos devant les lumières de JJ, et la crèche notamment et retour au Candi pour découvrir les créations : 

—des Grandes (cad 4 et 3èmes) :    “Sous une nuit étoilée, nous avons vu le Père Noël, en culotte, en train d’essayer de se réchauffer au près de la cheminée. Avec un verre de vin chaud à la main, il avait l’air bourré. Nous avons vu arriver un traineau, avec un Jedi dedans ; les lutins couraient derrière. Il s’est mis à neiger, le sol est devenu glissant, les lutins ont tous glissé et fini par terre. Les rennes étaient en train de manger toutes les bûches au chocolat. Les pingouins, eux, étaient entrain de faire le sapin et la crèche : ils ont juste mis une guirlande lumineuse. Et après c’est parti en bataille de boules de neige !”     —des moyens (primaire et 6èmes) :    “Le Père Noël.

Le Père Noël a mis des culottes à ses rennes. Les rennes et le traineau glissent sur les Etoiles... et le Père Noël se bourre de vin chaud. Les lutins mettent des bûches dans la cheminée pour faire de la lumière et pour se réchauffer et ils font du chocolat”   Morale ce ces histoires, s’il y en a une : les plus jeunes sont encore un petit peu poètes !!et le Père Noël est un grand amateur de vin !!   Merci les enfants et bonnes vacances, joyeux Noël et à bientôt.

Mireille

20 mars 2021, jour du Printemps pour la 7ème édition des Evasionades, au City-stade de Chevignat

Et si bonheur rimait avec soleil, rires, enfants, sports, chocolats, bonbons…oui c’est ça. La rime est moyenne mais le bonheur était bien là : SE RETROUVER et JOUER. Ils étaient 12 enfants (et quelques parents, ceux qui ont eu le plus froid !!) à avoir bravé la bise : c’est vrai qu’il ne faisait pas bien chaud, mais ils étaient bien là, décidés à en découdre et ils auraient même commencé par le tir-à-la corde, avant même de constituer les équipes ! 12, répartis en 2 équipes, « Les Ouistitis en folie » et « les Lapinous tout fous ». Au programme cette année, 8 épreuves précédées d’un concours de grimaces… pour la présentation. Et là, les Ouistitis en folie ont fait très fort (photo), alors que les Lapinous, avec des plus grands, avaient des réserves. Des fois que nous en aurions trop ri !

Ensuite, course à pied en relais sur le grand stade de foot, puis course brouette, course à 2 avec les pieds du milieu attachés, saute et basse-moutons, course à cloche-pied, course en sacs (nouveau, merci Jean-Paul pour les sacs et bravo aux enfants : certains doivent aller à l’école en sautant !!), tir-à-la corde bien sûr et tir au but !! A la fin, scores très serrés comme souvent : petit avantage aux Lapinous tout fous, mais, comme j’avais décidé que cette année, tout le monde gagnerait, cela a été bonbons et chocolats de Pâques pour tous. Et croyez-moi, même les Lapinous ont mangé des petits lapins en chocolat : anthropophages, non !! Gourmands, contents, rigolant, réchauffés, oui… ils se sont fait du bien et à nous aussi.

Alors comme dit Timothée, qui participait pour la première fois : à l’année prochaine ! Oui, sans aucun doute. Merci à Laurence, Thibaut et les parents un peu frigorifiés qui ont bien voulu amener leurs enfants. BRAVO les enfants, vous avez été super. A bientôt pour de nouvelles aventures. Mireille Cayreyre

.

Joline Dubois et Mireille
Louis XIV à découvrir
Affection, Amour, Amitié
Les 3 A magiques
Artistes encore
Dans la vieille rue
Le CERN Meyrin
Le groupe au CERN
Dans le LHC (modèle)
Proton Synchroton
Les CERneuses au soleil
La Trattoria
Bourg-en-Bresse
592
593
594
595
596
Nous sommes sur les toits
597
Fourvières en hommage à Marie
598
Petits ou vraiment GRAND
599
600
601
602
603