Vous êtes ici : Accueil > Commune > Grand Brûle

Grand Brûle

En juin juillet 1944, le Revermont est contrôlé par la Résistance notamment par le 1er bataillon FTP commandé par le capitaine Cribeillet dit Grillon. Les sabotages sur la voie ferrée Bourg - Saint-Amour se multiplient.

Le 14 juin 1944, à la gare de Moulin des Ponts , le 1er bataillon FTP au grand complet (450 jeunes gens de la région ayant rejoint le maquis) attaque un train blindé. Après deux heures de combat une centaine d’Allemands sont tués pour seulement quatre FTP.

En juillet 1944, le 1er Bataillon FTP proclame le Revermont "territoire libéré" et prend position dans les diverses communes, notamment à Courmangoux. Egalement le groupe Wermer et Pesce indépendant des FTP s’installe à la Courbatière.

Les Allemands bien renseignés par les miliciens ne pouvaient que réagir. D’autant plus que l’axe Bourg Lons le Saunier est vital en cas de retraite.

Une opération de représailles pour tout le département de l’Ain est préparée : sous le nom de code de "Treffendel". Le Revermont, bien sûr, n’est pas oublié.

Le 18 juillet 1944, une colonne de mercenaires cosaques souvent utilisés pour les basses besognes et encadrés par des officiers allemands quitte Coligny en direction du Revermont.

Les villages de Verjon, Roissiat, Chevignat, Pressiat, Cuisiat, sont pillés. Les soldats, à la recherche de maquisards, interrogent avec violence les habitants.

Les portes des caves sont défoncées à coups de crosse, et les soldats se mettent à boire. Une fois la colonne arrivée à Cuisiat, l’officier allemand qui la dirige ordonne de faire demi-tour et d’incendier les villages au retour avec des plaques incendiaires et des lance flamme. Les habitants sont expulsés brutalement des maisons sans pouvoir rien emporter.

Dans les étables, les animaux ne peuvent être détachés et meurent brûlés. Les soldats complètement ivres tirent dans tous les sens ; effrayée, la population fuit pour se cacher dans les bois.

Ainsi, au fur et à mesure du retour, le quartier de la Vallière à Cuisiat, le village de Pressiat, les hameaux de Roissiat , de Chevignat, le village de Verjon sont incendiés.

La lueur de l’incendie se voyait dans toute la Bresse. C’est ce qui fera naître plus tard l’expression de "Grand Brûle".

Pendant ce temps, une autre colonne allemande incendie le village de Poisoux. Au cours de cette terrible journée, 278 bâtiments sont brûlés : 45 à Cuisiat, 82 à Pressiat, 67 à Chevignat et Roissiat, 47 à Verjon , 31 à Poisoux, 1 à Saint-Rémy et 5 à Valresson.

Ces évènements ont profondément marqué les habitants de ces villages du Revermont.

Aussi le Groupe d’animation, association de Courmangoux , en accord avec les communes concernées a pris l’initiative d’ériger un monument du "Grand Brûle" à Sous-Tignat lieu symbolique en hauteur et à égale distance des villages incendiés.

Les pierres du monument proviennent de la gare de Villereversure et ont été offertes par le Rotary Club de Bourg en Bresse Revermont. La forme du monument a été imaginée par des membres du Groupe d’animation sous la direction de Michel Carrara, en liaison avec les délégués des communes de Verjon, Pressiat, Poisoux, Cuisiat et Courmangoux, et des Anciens Combattants.

Avec l’aide technique des communes et des bénévoles du Groupe d’animation le monument est installé en janvier 2011.

Il reste maintenant à le terminer. Des textes doivent être gravés sur les pierres, les abords sont à aménager, et une brochure explicative sera éditée.

Michel GAILLARD
3ème Adjoint

Monument
Le Grand Brûle